Menu

Réservation

Arrivée

Départ

Chambres

Clients

Menu

Derrière les fagots

du Bonne Entente

En cherchant dans les craques du divan, certains trouvent de la monnaie, moi c’est plutôt des grands crus. Mon plaisir coupable est de descendre dans la cave à vin du Bonne Entente et d’y palper les superbes bouteilles que nous avons. Découvrez mes découvertes du mois !

Suggestion vin du 31 août : Château Charmant, Margaux, 1995.

hotel restaurantCette semaine, je suis tombé sur une boîte assez surprenante. Des vins superbes, sans classement particulier, de vieux millésimes… J’ai découvert le Château Charmant, sur l’appellation Margaux, en rive gauche de Bordeaux, gardé soigneusement pendant 21 années. Prédominance marquée de cabernet sauvignon, élevage en fût français usagé et terroir de prédilection. Les années auront magnifié les arômes pour les faire passer à ces notes tertiaires qu’on a si peu souvent l’occasion de découvrir. Herbes séchées, fruits secs, pot-pourri, fumée froide. La bouche onctueuse, fondue, soyeuse… l’acidité tout juste perceptible. Une parcelle d’histoire qui vous est proposée au Monte Cristo sans vous ruiner : 150 $.

Suggestion du 7 septembre : Gorelli Potazzine, Brunello-di-montepulciano, 2012.

Hotel QuebecHugo Girard rentre-t-il dans un verre ? Le musclé brunello du domaine de Gorelli Potazzine, bâti et costaud, n’est pas sans rappeler la stature d’un homme fort. Fait sur des vignes de sangiovese grosso, issu des plus beaux vallons de la Toscane et marqué par un élevage brillamment dosé, ce vin est un espoir olympique en soi. Prière de le mettre en carafe une bonne heure, vous pouvez même m’appeler en après-midi pour que le vin ait le temps de réellement s’ouvrir selon les règles de l’art. Gorgé de fruits, de tanins édifiants, solide, mais jamais austère, une acidité tonique et des arômes de cuir et de fruits cuits à vous renverser. 120 bouteilles ont été délivrées pour le Québec, 12 ont trouvé niche au Bonne Entente…

Suggestion du 14 septembre : Tenuta Olim Bauda, Gavi di Gavi, 2010.

hotel quebecSi Chrystine Brouillet approuve, c’est que c’est bon ! Je me sacrifie parfois à goûter des vins que les agents nous laissent en échantillon et ce dernier était simplement craquant. Mon collègue Nicolas et moi avons été unanimes : floral, croquant, frais, minéral, bref un bijou du Piedmont fait sur des vignes de Cortes. Mme Brouillet, qui était au bar ce soir-là, a bien daigné goûter et s’en est trouvée ravie. Un vin aucunement prétentieux qui passe drôlement à table sur à peu près tout : poisson gras, ceviche frais et acidulé, tartare de poisson et huître fraîche. Une perle en importation privée à un prix très démocratique : 75 $ prix de vente BE.

Suggestion du 21 septembre : Moût de pomme, Verger Saint-Nicolas Brût.

hotel restaurantUn cidre de pomme pétillant qui fait rougir ! Élaboré sur les abords du fleuve Saint-Laurent, le verger St-Nicolas nous offre sa version « glamour » du breuvage sans alcool. Basé sur deux variétés de pommes, Spartan et McIntosh, ce cidre pas marginal du tout prend son effervescence par l’ajout de gaz carbonique en bouteille. Sa sucrosité naturelle habille drôlement bien un cocktail fait sur des jus pressés ou des sirops de fruits de saison. Un beau coup de chapeau à nos producteurs locaux !

Suggestion du 28 septembre : Charles Smith, Royal City, Washington State, 2008.

Hotel restaurantDans le nord-ouest des États-Unis se cache un microclimat paradisiaque pour les vignes de syrah : l’état de Washington. Le domaine de Charles Smith élabore la cuvée « Royal City » en l’édifiant au rang des plus grandes syrahs du monde. Un incontournable à avoir dans une cave à vin sérieuse. Les tanins sont enveloppés dans de la soie avec une humeur un peu rebelle – l’étiquette en témoigne ! La sensation en bouche est comme si on passait notre main sur un tapis de soie, mais dans le sens inverse du poil. On aime la marginalité du producteur, tout comme ses vins !

Santé!